Le préservatif en islam

L’Islâm, religion de pureté et de clarté, dit distinctement qu’il est permis au mari de pratiquer l’acte sexuel interrompu et d’utiliser même dans ce

Vidéo : Ndaw ak Diiné :l’éducation la base de toute société
Tapis de prière avec des formes humaines en pleins ébats sexuels
Ndaw Ak Diiné: Naafila, Laylatoul Khadre, Mouroum Koor

L’Islâm, religion de pureté et de clarté, dit distinctement qu’il est permis au mari de pratiquer l’acte sexuel interrompu et d’utiliser même dans ce cas, un préservatif avec l’autorisation de l’épouse.

Car la femme comme l’homme, a droit au plaisir et à l’enfant.

Ceci se confirme dans un hadîth, d’après Djâbir Ibn Abdullâh (radhiallâhu ‘anhu) qui a dit : « Nous pratiquions le rapport charnel interrompu du vivant du Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam), et quand il a été mis au courant de cela, il ne nous l’a pas interdit » [1]

Le préservatif est permis selon l’avis majoritaire des savants, quand celui-ci bien évidemment, est utilisé dans un cadre légal [2].

S’agissant du rapport charnel, l’éminent savant Ibn al-Qayyîm (rahimahullâh) a expliqué que l’enseignement du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) le concernant est le plus parfait, car il en fait le moyen de préserver la santé, de se procurer du plaisir et d’atteindre les objectifs qu’il vise. A la base, le rapport charnel est destiné à réaliser trois objectifs :

Le premier qui est le maintien de la procréation, la sauvegarde de l’espèce humaine jusqu’au délai déterminé par Allâh pour la réunion de tous les genres d’espèce dans le monde.

Le deuxième est d’évacuer le sperme dont la conservation nuit à l’ensemble du corps.

Le troisième est de satisfaire un besoin, de se donner du plaisir et de jouir d’un bienfait. Seul ce dernier avantage, qui est de jouir d’un bienfait, existe au paradis où n’existe ni procréation ni conservation de sperme à évacuer.

Les médecins de référence pensent que l’acte sexuel est un des moyens de préservation de la santé.

Galien [3] a dit : « Le feu et l’air prévalent sur l’essence de la semence. Son humeur est chaude et humide car elle est constituée de sang pur dont les organes originaux se nourissent. » Certains anciens prédécesseurs ont dit : « Il incombe à l’homme de s’engager à trois choses : ne point abandonner la purgation pour qu’il soit capable de l’accomplir si le besoin l’y incite un jour, ne point abandonner la nourriture car ses intestins s’en trouveront rétrécis, et ne point abandonner le rapport charnel car si le puits ne s’épuise pas, son eau se tarit. »

Et parmi les bienfaits du rapport charnel, il y a que cela conduit au contrôle du regard, à la maîtrise de soi, à la chasteté et à la réalisation de tout cela au profit de la femme.

L’auteur du rapport charnel profite à lui-même ici-bas et dans l’au-delà et profite à sa compagne.

C’est pourquoi le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) se livrait à cet acte et l’aimait et disait :

« Les choses d’ici-bas que j’aime le plus sont les femmes et les parfums » [4] [5]

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0