Conflit en Casamance: une personne tuée à Barkamanao lors d’un accrochage

Conflit en Casamance: une personne tuée à Barkamanao lors d’un accrochage

Une personne a été tuée à Barkamanao dans la commune de Niaguis. La perte humaine a été causée par un accrochage entre l’armée sénégalaise et des indi

Un général américain conseille aux élèves officiers racistes de « dégager »
Le capitaine Dièye libéré et radié de l’Armée
Deux morts suspectes à l’École nationale des sous-officiers d’active

Une personne a été tuée à Barkamanao dans la commune de Niaguis. La perte humaine a été causée par un accrochage entre l’armée sénégalaise et des individus armés non identifiés.

Après le massacre de 14 bûcherons dans la forêt classée de Boffa-Bayotte, un individu décède, hier, dimanche . L’enquête et la recherche des acteurs est en cours jusqu’à ce que cet incident ais survenu. Alors que les « malfaiteurs » de la tuerie du 6 janvier dernier reste toujours inconnus, la mort s’installe à nouveau dans la zone.

Le chef d’état-major général des armées, le général de corps d’armées, Cheikh Guèye, avait annoncé depuis jeudi que l’Armée sénégalaise mène actuellement une « opération particulière » dans la zone de la forêt classée de Boffa.

Le général a toutefois précisé qu’elle n’a pas encore mis la main sur personne et que les opérations sont en cours.

Dimanche matin vers 5h, 20 personnes ont été interpellées par les éléments du Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) dans le village de Toubacouta (Ziguinchor, sud), non loin de Boffa-Bayotte où a lieu la tuerie du 6 janvier dernier.

4 jeunes qui ont récemment fait l’objet d’une condamnation à Ziguinchor figurent dans la liste. Membres d’un comité villageois de surveillance des forêts, ils ont été jugés, condamnés puis libérés en octobre dernier dans le cadre d’un conflit avec des exploitants forestiers.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0