Décision du comité directeur du PDS : un Mémorandum au Président MACRON et la date du 09 Février pour la  Marche pacifique

Décision du comité directeur du PDS : un Mémorandum au Président MACRON et la date du 09 Février pour la Marche pacifique

Suite à la décision du port de brassard rouge et une marche pacifique prévue le 09 février prochain, le parti démocratique sénégalais décide de soumet

Thiaroye : une marche générale des élèves pour étudier
Marche du 13 juillet : L’opposition attend 1 million de personnes
Arrêté : Le préfet interdit la manifestation de l’opposition devant l’Assemblée, ce jeudi

Suite à la décision du port de brassard rouge et une marche pacifique prévue le 09 février prochain, le parti démocratique sénégalais décide de soumettre un mémorandum au président Français, Emmanuel Macron, en visite officielle, le 1er, 2 et 3 février 2018, au Sénégal.

Que l’Etat du Sénégal se prépare le PDS ne compte pas reculer, ni de baisser les armes. Les partisans de Me Wade battront le fer pendant qu’il est chaud, en arborant du rouge, pour accueillir le président Français. Outre la marche pacifique annoncée, le PDS prévoit de remettre un mémorandum en guise de revendication de l’opposition au chef de l’Etat Français.

Le porte parole des libéraux, Me Amadou Sall annonce que « le PDS réitère sa position et appelle les populations à sortir massivement accueillir le président Macron, en manifestant pacifiquement. Avec des brassards, habits et pancartes rouges. Pour réclamer une véritable démocratie au Sénégal contre le régime de la fraude électorale et du mensonge » dit-il.

Le PDS prévoit à la semaine qui va suivre d’accélérer la cadence. En battant le rappel des troupes lors d’une marche nationale pacifique, le 09 février 2018. Wade et Cie ont déjà montré la voie, via des communiqués et sorties des responsables. « Le comité directeur dénonce l’incapacité du régime de Macky Sall à défendre nos citoyens, tant au Sud qu’au Nord du pays. En dépit de tous les bavardages et fanfaronnades sur la défense de l’intégrité territoriale et la sécurité des populations », a dénoncé l’ancien ministre de la justice sous le régime de Me Wade.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0