ACTUALITÉSPolitiqueReligion

Mbour : Idrissa Seck rend visite au célèbre marabout Baye Omar Mbacké Hamidoune, fils du défunt Khalife général de Darou Salam

Dans le cadre de sa tournée politique, Idrissa Seck s’est rendu visite chez Baye Omar Mbacké Hamidoune sis à Mbour. À son arrivée, le président de Rewmi a été reçu par une foule immense. Content de cet accueil, le candidat à la candidature de l’élection présidentielle du 24 février 2019 a solennellement tenu à remercier le guide religieux.

« Je suis venu en tant que talibé et ami vous rendre visite ici à Mbour. Parce que nous savons votre engagement pour l’Islam mais aussi pour la jeunesse de Mbour et du pays », remercie Idrissa Seck qui finit par solliciter les prières et soutiens du marabout Baye Omar Mbacké filsdu défunt Khalife général de Darou Salam, Serigne Hamidoune Mbacké ibnou Serigne Modou Mamoune ibnou Mame Cheikh Anta Mbacké Borome.
Prenant la parole, le petit fils de Mame Cheikh Anta a manifesté son contentement pour cette visite. A cet effet, le guide religieux a remercié l’ex maire de Thies pour sa marque de considération à son endroit. « Sachez que votre visite nous va vraiment droit au cœur et nous vous en remercions du fonddu cœur », soutient le jeune et célèbre marabout de Mbour qui demandera à ses nombreux talibés de ne pas prendre à la légère cette visite car, martèle-t-il, « Idrissa Seck a démontré à tout le monde que nous comptons à ses yeux. » Poursuivant, Baye Omar Mbacké fera savoir à Idy qu’il n’a que trois préoccupations dans sa vie : ma ville Darou Salam, Mbour et les talibés. « D’abord pour la ville de Darou Salam, qui malgré son rôle historique car étant la première ville fondée par Cheikh Ahmadou Bamba, reste une ville oubliée par l’Etat en terme d’infrastructures. Ce qui fait qu’elle manque de tout presque. En deuxième lieu, la ville de Mbour qui malgré sa proximité avec Dakar et sa réputation reste une ville très négligée par l’Etat d’autant plus que même les infrastructures sociaux de base ne sont pas suffisantes à Mbour. Et la troisième et dernière doléance c’est les préoccupations, c’est les talibés qui ne parviennent toujours pas à obtenir du travail, gagner décemment leurs vies pour subvenir et à leurs besoins familiaux », a conclu le marabout…

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer