A la UneInternationalSport

Cristiano Ronaldo :  » Je ne crois pas être un… »

Cristiano Ronaldo : " Je ne crois pas être un..."

Au cours d’un long entretien accordé en Espagne, le célèbre n° 7 de la Juventus Turin Cristiano Ronaldo s’est confié comme rarement. Morceaux choisis.

Hasard ou coïncidence, quelques jours après la nouvelle démonstration de Lionel Messi en Ligue des Champions face à Liverpool (3-0, demi-finale aller), ICON, supplément du quotidien généraliste espagnol El Pais, publie un long entretien avec Cristiano Ronaldo (34 ans). Une interview réalisée il y a quelques semaines, lors de l’inauguration de la clinique d’implants capillaires du Portugais à Madrid. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le buteur de la Juventus Turin, où il s’est adapté très rapidement après son arrivée l’été dernier en provenance du Real Madrid pour 100 M€, s’est confié comme rarement au cours de cet échange, au sujet, notamment, de la pression qui pèse sur ses épaules.

« Je ne vais pas te mentir, parfois, c’est fatigant, parce qu’on dirait que tu dois prouver tous les ans que tu es très bon. C’est difficile. Tu as ce que tu as parce que tu assumes cette pression de devoir prouver aux gens. À tes proches aussi. Ta famille, ta mère, tes enfants… « Cris, tu dois gagner demain ». Cela te rend plus actif. Tu dois toujours t’entraîner, mais il y a un jour où tu te dis : « écoute, laisse-moi… » », a-t-il expliqué avant de poursuivre. « Je vois le football comme une mission : aller sur le terrain, gagner, devenir meilleur. Ces moments où j’entrais sur le terrain en me disant « je vais dribbler ! »… je suis honnête : je ne les ressens plus. Il y a une pression supplémentaire. Les gens sont toujours en train de juger : « il est déjà fini. Il a 33, 34 ou 35 ans, il devrait s’arrêter ». Et toi, tu veux surprendre les gens : prouver que l’animal est toujours là, en toi ».

« Les gens n’attendent qu’une seule chose, que Cristiano rate un penalty ou se rate »

L’international lusitanien (156 sélections, 85 buts), qui ne dit pas non à une future carrière de coach, est ensuite revenu sur l’image qu’il renvoie, notamment chez ses détracteurs. Avec un détachement certain. « Je ne crois pas être un robot, mais c’est vrai qu’on me voit comme une personne qui ne peut jamais avoir de problème, qui ne peut jamais être triste, qui ne peut jamais être préoccupée. Les gens associent le succès avec l’argent. Comment Cristiano peut-il être triste ou avoir une baisse de régime quand tu gagnes des millions ? Tu dois comprendre que les gens ne pensent pas comme toi, ils n’ont pas vécu la même chose que toi, ils n’ont pas une culture supérieure à ce qu’on leur permet. Mais je le comprends. Je sais que les gens n’attendent qu’une seule chose, que Cristiano rate un penalty ou se rate sur un match crucial. Mais ça fait partie de la vie et je dois y être préparé. Je le suis depuis de nombreuses années déjà », a-t-il lâché.

FootMercato

 

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer