ACTUALITÉSJusticePolitique

LA MORT DE DEUX DÉTENUS À REBEUSS, UN DES SUJETS EN EXERGUE

LA MORT DE DEUX DÉTENUS À REBEUSS, UN DES SUJETS EN EXERGUE

La mort de deux pensionnaires de la Maison d’arrêt de Rebeuss à Dakar est un point d’actualité très en exergue dans la livraison de jeudi de la presse quotidienne, de même que la dernière sortie du député Ousmane Sonko consacrée aux perspectives d’exploitation du fer de la Félémé.

La direction de l’administration pénitentiaire a annoncé que les corps de deux détenus avaient été retrouvés inertes « à même le sol suite à une panique et une bousculade provoquées par une avarie électrique à la chambre 11 de de la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss », rapporte Le Soleil.

Selon Le Soleil, citant un communiqué de l’administration pénitentiaire repris par les autres journaux, cet incident « est survenu aux environs de 23 heures », dans la nuit de mardi à mercredi.

Les deux jeunes hommes, « respectivement âgés de 18 et 19 ans, ont péri quand un ventilateur de la chambre 11 a produit des étincelles provoquant un mouvement de panique parmi les détenus », écrit Tribune, citant le même communiqué.

Si certains journaux parmi lesquels Vox Populi et Kritik rapportent que les deux détenus sont morts électrocutés, d’autres quotidiens sont plus nuancés, le journal Le Quotidien par exemple parlant de « conditions non encore élucidés ».

L’As parle même de « mystère » au sujet de la mort de ces deux détenus. « Drame à huis clos » à Rebeuss, affiche de son côté Walfquotidien, selon lequel finalement l’autopsie « confirme la mort par électrocution » de ces détenus.

Selon L’Observateur, quelques heures après « l’ébruitement de cet incident macabre, une enquête a été ouverte par la police ». Il précise que « le dossier a été confié aux limiers du commissariat de police de Rebeuss, par ailleurs compétent dans le secteur ».

Un drame qui a amené l’Association de soutien pour la réinsertion des ex-détenus (ASRED) et les droits-de-l’hommistes à dénoncer « le surpeuplement carcéral » et à exiger des pouvoirs publics « des mesures urgentes », comme rapporté par la plupart des quotidiens qui sont revenus sur cette affaire.

Une affaire en cacherait une autre, au vu de l’intérêt porté par les journaux sur la dernière sortie du député Ousmane Sonko, leader du parti PASTEF, Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité.

« Nouvelles accusation de Sonko contre Macky », annonce par exemple Le Témoin quotidien. Et ce journal d’ajouter que selon le leader de PASTEF, un ancien inspecteur des Impôts radié de la Fonction publique, « le président de la République s’apprêterait à signer une convention au profit d’un groupe turc pour lui attribuer le fer de la Falémé ».

D’après Ousmane Sonko, dont les propos font la Une du Témoin quotidien, « ce fer représente une valeur de 33.000 milliards au minimum et de 150.000 milliards s’il est transformé sur place ».

Tosyali, la société turque appelée à exploiter ce fer, « va investir 510 milliards de francs CFA et va gagner 10.185 milliards FCFA », selon le député, cité par Vox Populi. « Il va produire 1.200.000 tonnes de fer par année. Et pendant 10 ans, il ne paiera pas d’impôts et au bout de 25 ans, il va gagner 10. 185 milliards de FCFA », ajoute M. Sonko à la Une du même quotidien.

« Alors qu’on l’attendait sur le dossier des 94 milliards l’opposant à Mamour Diallo, le leader de PASTEF-Les-Patriotes, en conférence de presse hier (mercredi), a fait des révélations sur la convention conclue, ce mardi », entre la société turque Tosyali Holding et l’Etat du Sénégal, pour l’exploitation du fer de la Falémé, rapporte Enquête.

« Sonko met en garde Macky sur les 750 millions de tonnes (de fer) de la Falémé », indique Kritik, ajoutant que selon l’ancien inspecteur des Impôts, le chef de l’Etat « est en train de brader cette ressource naturelle qui peut valoir au Sénégal des richesses estimées à 157.000.500 milliards FCFA ».

« La mauvaise mine de Sonko », affiche le journal Le Quotidien dont le jeu de mots à la Une vient en appui de la déclaration du leader de PASTEF selon laquelle le Sénégal « ne gagne absolument rien » dans le contrat avec la société turque, lequel « est adossé à des intérêts crypto-personnels ».

« Sonko et le pouvoir croisent le fer de la Falémé », renchérit L’Observateur, L’As affichant « Sonko évente le scandale Tosyali ». « Sonko menace Macky de ses foudres » (Walfquotidien).

« L’Etat démontre que c’est un chapelet de contre-vérités », souligne à sa Une le quotidien Le Soleil, selon lequel la ministre des Mines et de la Géologie, Aïssatou Sophie Gladima, a « produit un document pour démonter les allégations de Ousmane Sonko ».

Sud Quotidien, qui revient également sur les accusations de Ousmane Sonko, note que « l’Etat parle +d’allégations dépourvues d’objectivité et de fondement+ ».

Le DG de l’APIX, l’Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux « lui porte la contradiction en exhibant la véritable convention liant les deux parties », lit-on à la Une du Quotidien.

L’As, de son côté, donne à l’avocat Me El Hadj Diouf, déjà engagé sur un autre front contre le député, en l’occurrence l’affaire dite des 94 milliards, l’occasion de répliquer : « Ousmane Sonko ne fait que divertir les Sénégalais. Il n’a aucune preuve ».

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer