A la UneACTUALITÉSReligion

Une femme peut-elle diriger une communauté religieuse en islam?

Une femme peut-elle diriger une communauté religieuse en islam?

Au Sénégal, le débat est posé depuis que la troisième épouse d’un guide religieux s’est autoproclamée successeur de son mari déclenchant une querelle de succession et une mise en garde de l’autorité suprême de la communauté mouride.

Le pays n’a jamais eu de femme présidente mais Mame Madior Boye est devenu la première femme Premier ministre de mars 2001 à novembre 2002. Elle a fait des émules car Aminata Touré est devenue Premier ministre en 2013. Un poste qu’elle a quitté en 2014.

Si sur le plan politique les femmes semblent briser le plafond de verre, sur le plan religieux les choses ne sont pas aussi simples.

Sokhna Aida Diallo, la troisième épouse du guide des Thiantacounes, décédé le 7 mai 2019 à Bordeaux en France, l’a apprise à ses dépens car beaucoup de ses compatriotes estiment qu’une femme ne doit pas être à la tête d’une communauté religieuse conformément à l’orthodoxie islamiques et aux textes coraniques.

Sa volonté de succéder à son mari s’est heurtée à l’intransigeance du Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké Bassirou.

Dans une déclaration mardi soir, le guide religieux a tout simplement excommunié Aida Diallo tout en dénonçant « ses agissements » qui, selon lui, sont contraires à l’islam.

Mercredi soir, elle a présenté ses excuses au khalife général des mourides dans une vidéo.

L’islamologue Khadim Mbacké soutient qu’une femme n’a pas le droit de diriger un groupe mixte où il y aurait des femmes et des hommes.

« Elle doit instruire ses sœurs en matière de religion, mais elle ne peut pas diriger des femmes et des hommes. Ce n’est pas possible, selon les enseignements de l’islam « , précise le professeur.

BBC

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer